Forum ouvert ! On vous attend.

Partagez | .
 

 Un don du ciel, peut toujours rapporter ! [Quête/Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vane D. Charles
Marine | Rêveur
Marine | Rêveur
avatar


Masculin Messages : 11
Date d'inscription : 12/10/2014

Feuille de personnage
Niveau:
13/50  (13/50)
Expérience :
13/150  (13/150)
Prime: -

MessageSujet: Un don du ciel, peut toujours rapporter ! [Quête/Flashback]   Dim 19 Oct - 14:22



...

Il fessait beau ce matin-là, le soleil était au rendez-vous et la brise était légère. Nous nous étions levé à l'aurore ce matin-là, car la veille au soir, l'unité à laquelle je venais d'être récemment affecté, se vu remettre sa première mission. Le levé au clairon ne me gênait guère plus depuis longtemps, m'y étant plutôt rapidement habitué lors de ma formation. Rapidement habillé, ce fut au pas de course que j'arrivais alors dans la cour, nous rangeant en formation habituelle, je me trouvais alors sur la première ligne dans le coin gauche. C'est alors qu'arrivèrent deux sergent, en une fraction de seconde, tous les soldats, moi y compris, ce mirent au garde-à-vous. L'un de ces sergent était mon supérieur direct, ils venaient passer les troupes en revue et par la même occasion, récupérer les hommes pour leur mission. C'est alors que mon sergent supérieur vint à appeler mon unité.


UNITÉ 13 RASSEMBLEMENT !!!

C'est alors que tous les membres de mon unité sortir des rangs et rejoignirent notre supérieur. Nous étions quatre, quatre jeunes recrues fraîchement arrivé, de tous, j'étais vraisemblablement le plus vieux ainsi que le plus grand. Leur moyenne d'âge était de dix-huit ans et aucun n'était aussi grand que moi, je les dépassais d'au moins d'une tête chacun, il en était de même pour son supérieur bien qu'il était lui, bien plus vieux que moi. L'uniforme ne me seyait guère, du simple les fait, qu'il que je n'avais pas de manche et que cela ne me valoriser pas du tout, les frêles bras qui était les miens ne rivaliser pas avec ceux de mes comparses, mais pour autant, cela ne voulait aucunement dire que j'étais plus faible, bien au contraire. De même, la casquette ne m'allait pas du tout, mais elle m'était pourtant bien utile, car la visière était devenue le perchoir de mon petit comparse, mon hamster au pelage vert, dénommé Satan, mais qui en public ce prénomme Lord.


Le sergent ce dressant devant nous, vint à nous rappeler l'objectif de la mission du jour, il s'agirait là d'une mystérieuse activité touchant les animaux du Village de Fuchsia et de ces alentours. Jouant les bons petits soldat, je vins à demander la parole, chose que mon supérieur accepta, puis je vins alors à lui demande s'il y avait des détails sur les causes exacte du phénomène. Mon sergent me répondit qu'il n'avait pas la moindre idée et que c'était pour cela que nous y étions envoyé, puis il fit rompre les rangs et nous ordonna de revenir une heure après, afin de prendre notre petit déjeuné. L'heure passa très vite et nous retournâmes auprès de notre sergent supérieur, mon parapluie à la main, tout le monde étaient armés et fin prêt pour la mission. L'un de mes nouveaux comparses vint à se moquer de moi en prétextant qu'un parapluie rose de surcroît, n'était pas une arme en soit et cela tout en arborant fièrement un coutelas à lame de scie, puis il fut suivi par les deux autres qui s'esclaffèrent eux aussi. Rentrant dans le jeu de la rigolade, mais n'ayant en réalité qu'une envie, celle de leur rabattre le clapé en leur perforant la gorge, j'en vins à rigoler avec eux et à leur montrer la lame cachée dans la manche tout en prétextant que cela était pour paraître plus inoffensif que je ne l'étais et c'était bien là, la seul vérité dans mes mensonges paroles.

Nous suivîmes alors notre sergent supérieur jusqu'au port de la ville basse où nous embarquâmes alors dans un petit navire pour nous rentre de l'autre côté de l'île. La traversée fut relativement tranquille, m'occupant de maintenir la bare tout en suivant les instructions de mon supérieur, nous arrivâmes une demi-heure plus tard aux quais du Village de Fuchsia où le maire vins nous accueillir chaleureusement.

Le maire nous expliqua alors l'exactitude des événements présents, seul notre supérieur lui répondit, mais le maire nous expliqua donc qu'il y aurait une personne derrière cette histoire de regroupement animalier. Le maire rajouta aussi qu'il était certain qu'il y avait quelqu'un derrière cela, car à chaque disparition, une musique ce fessait entendre dans les bois aux abords du village et que les animaux étaient tous attirés. Seul les animaux emparqué ne pouvait y aller, mais pour autant ils étaient tous dirigés vers le bois d'où provenait la musique et revenaient comme si de rien n'était une fois la musique terminée. En réalité en regardant le village de plus près, on ne distinguait aucun animaux, excepté un très vieux chien, mais le maire nous expliqua que ce chien en question était sourd et qu'ici au niveau des quais, le son provenant des bois n'était pas audible pour l'homme à cause des vagues frappant ces mêmes quais.

Il est vrai que le son n'était pas audible pour nous autres humain, mais pour autant, Satan lui semblait très excité sur la visière de ma casquette et pour combler le tout, Kasa, mon parapluie, semblait elle aussi vouloir s'y mettre, mais afin de la raisonner avant une éventuelle transformation, je vins à la frapper contre ma jambe. Un de mes collègue intrigué vins à me demander discrètement pourquoi je m'étais frappé, ne cherchant pas à divulguer les capacités de mon parapluie, j'en vins à prétexter, avec le sourire, que je commençais à avoir des fourmis dans les jambes, ce dernier ne chercha pas plus loin, goba alors mes paroles sans rien dire.

Après une discutions avec le maire, notre supérieur nous demanda donc de partir faire des recherches dans les bois. Plus nous nous rapprochions des bois, plus la musique était audible, de même Satan était très excité, pour ce qui est de Kasa, j'avais réussi à la calmer, mais je devais pourtant rester vigilant. Après quelques minutes, nous arrivâmes enfin devant les bois, là-bas, dans le fin fond des bois, pouvait s'entendre un air de musique, on aurait dit alors une flûte, les hommes étaient intrigués, car ils se demandaient de quoi il pouvait vraiment retourner dans ces bois relativement sombre.

Notre sergent vint à nous demander de rentrer dans ces bois et de trouver la provenance de cette musique, il nous demanda de même de nous séparer afin de couvrir davantage de terrain. Le sergent resta aux abords des bois, quant à nous autres soldat, nous entrâmes parmi ces arbres et ces mystères, c'est après une vingtaine de minutes que je tombai étrangement sur une personne entourée d'animaux et jouant d'une flûte traversière, à ma vue la jeune fille prit peur et s'arrêta de jouer, ce qui fit partir les animaux en quelques seconde. Ne voulant pas qu'elle s'enfuit s'en avoir eu de réponse à mes questions, j'en vins à m'excuser et à me présenter devant elle. Elle en fit de même, c'est alors que j'en vins à lui poser l'ultime question qui me brûlait les lèvres, comme fessai-elle pour attirer les animaux ? Hésitante, elle finit par le répondre que c'était sa façon de jouer qui les attiraient et que c'était toujours comme ça n'importe où elle allait, son air clamé les animaux et les attiraient à elle. La jeune fille était apeurée, car elle me demandait qu'est-ce que je lui voulais vraiment pour être ici, je lui répondis alors la vérité, comme quoi j'étais venue ici pour trouver l'origine de cette étrange événement et y mettre fin. Voyant en elle un potentiel qui s'avérait sans doute utile dans le futur, je lui offris ma protection et lui demanda de me faire confiance, car je pouvais l'aider face à la réaction possible de mes camarades. Ces derniers ne comprendraient pas pourquoi il faudrait laisser un tel potentiel libre, eux s'empresseraient de lui prendre son instrument et sans doute même de la punir par la suite, mais moi je voyais en elle bien des choses.


C'est alors qu'arriva derrière moi la chose tant redouté, en la personne d'un de mes collègues. Ce dernier était réjoui du fait que j'avais trouvé la source du problème, il s'empressa même de s'approcher de la jeune fille afin de lui prendre sa flûte, elle ne voulait pas lâcher et lui commençait à s'énerver. Ne foulant pas perdre ce don qui me serai sans doute très utile, j'en vins à sortir le pistolet caché sous mes habits et tira sur l'autre soldat, celui-ci tomba raide mort sur le coup. M'empressant alors de sortir ma lame, je la trempai rapidement dans le sang dégoulinant de la blessure et jeta le pistolet par terre, puis attrapa la jeune fille et lui demanda de cacher sa flûte sous ces vêtements et de ne plus rien dire. Elle s'exécuta et les deux autres soldat rappliquèrent en quelques minutes. Dès leur arrivée je leur dis alors d'air dépité par la mort de notre collègue.

Désoler, c'est le musicien qui l'a tué ! J'ai réussi à le blesser et le désarmé, mais il à réussi à prendre la fuite. J'aurais bien aimer le suivre, mais il y avait cette jeune fille que j'ai croisé dans les bois et je ne pouvais pas la laisser seul avec cet homme dans les parages.

Heureusement pour moi, les deux autres soldats me crurent sur parole et personne n'était au courant pour ce pistolet, j'étais donc insoupçonnable. Mes camarades partirent à la poursuite du soit disant musicien, mais revirent malheureusement bredouille. Sortit des bois, je fis mon rapport au sergent en réitérant mon mensonge, celui-ci le goba comme les deux autres et je réussis à faire croire que la jeune fille était alors une pauvre gamine qui cherchée elle aussi l'origine de cette musique. L'échec de la mission fut reporté sur le décédé, le sergent prétexta alors qu'il avait abordé la personne seul et c'est ce qui fut sa faute, ainsi que la raison de sa mort. Étant dénué de tout soupçon, nous rentrâmes à Goa, nous emmenâmes avec nous la jeune fille, prétextant qu'elle était originaire de là-bas et qu'elle désirait revoir ces parents, bien évidemment il s'agissait là d'un mensonge, mais le sergent n'y vu que du feu. Après notre arrivée, je me suis porté volontaire pour la raccompagner chez elle, mais en réalité, m'étant porté garant sur sa protection avec elle, je devais lui trouver un toit et des vivres, car si je voulais utiliser ses capacités par la suite, je devais lui montrer mes meilleurs côtés afin de décrocher sa confiance. C'est donc ce que je fis.


...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un don du ciel, peut toujours rapporter ! [Quête/Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Evolved :: ~ East Blue ~ :: East Blue voie n°1 :: Dawn :: Alentours de Fuchsia-