Forum ouvert ! On vous attend.

Partagez | .
 

 Le gang des brigands [quête]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Silver
Admin | Chasseur de Prime | Rêveur
Admin | Chasseur de Prime | Rêveur
avatar


Masculin Messages : 224
Date d'inscription : 07/10/2014
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau:
15/50  (15/50)
Expérience :
105/200  (105/200)
Prime:

MessageSujet: Le gang des brigands [quête]   Dim 26 Oct - 8:40



Timmy Leo

« Hache et couteau à la main, je vais tous vous tuer »



Le gang des brigands


 
 
Comment la journée avait bien pût tourner comme ça ? Elle avait pourtant commencé vraiment normalement, je ne comprenais pas.


J'avais eu une bonne chasse le matin, et la vente marchait plutôt bien aussi, j'avais fait quelques frayeurs au chien du voisin, qui aurait pût se douter de la tournure qu'allait prendre la journée ?
Alors que j'étais en train de servir un client (un mec qui vend de très bons légumes au marché), un groupe de trois personnes entrèrent en faisant un raffut du diable. Ils n'étaient pas du village, il n'y en a qu'un seul que je reconnu, Sam, il était dans ma classe lorsque j'étais encore à l'école. Il n'avait pas changé d'un poil, toujours sa petite tête de "m'as-tu vue". À l'école il était le premier à s'en prendre à moi.


Un type que je ne connaissais pas s'approcha de moi, il devait être le chef de cette bande d'attarder à en voir la posture, c'est un truc qui se remarque de loin.


"Salut, je m'appelle Birdo, je suis le chef de cette bande de voyous et j'ai faim, alors tu vas me donner un bon gros morceau de viande si tu veux pas qu'il t'arrive malheurs."


Il posa sa main sur le comptoir, sans doute pour paraitre plus imposant. Je pris mon couteau de boucher et l'abattit violemment à un centimètre de son doigt, il se planta profondément dans le comptoir. Ce "Birdo" perdu un peu de son assurance, et devint un peu plus pâle.


"Tu peux répéter ? Lui demandais-je alors.
- J'ai dit file nous de la viande, à moins que tu ne tienne pas à ta petite amie"


Sur ses mots, deux autres types entrèrent, ils tenaient un couteau sous la gorge de Marie-Jeanne qui avait les mains tenues dans le dos.
Je lâchais le manche du couteau, je ne pouvais faire courir de risque à Marie-Jeanne, elle est tout pour moi, je préfèrerais mourir que de la faire souffrir.


"Tu fais moins le malin maintenant, hein ? Enchaîna Birdo.
- Vous pouvez vous servir, mais ne lui faite pas de mal, ou sinon je ne me contrôlerais plus.
- Tu n'as pas à t'en faire, je n'ai qu'une parole."


Sur ses mots, les trois hommes se servirent dans les étales, ils saccagèrent complètement ma boucherie pendant que les deux hommes qui tenaient Marie-Jeanne restaient là, ne faisant que sourire devant ce spectacle.


Au moment de sortir, Sam dit à Birdo :
"Vous avez vu, je vous avais dit que c'était une bonne idée de prendre sa copine en otage, ce mec c'est un vrai malade mental.
- La ferme le nouveau, je t'ai pas sonné, lui avait rétorqué Birdo."


Alors c'était de la faute de Sam si Marie-Jeanne c'était retrouvé en danger ? Il allait me le payer, ça c'est sûr, ainsi que tout le reste de la bande, ils m'avaient insulté et aussi très énervé avec leurs grands airs.


Une fois sortis, j'allais voir ma petite amie qu'ils venaient de lâcher pour voir si elle allait bien. Heureusement, il y eu plus de peur que de mal. Je la raccompagnais donc à la maison et lui expliqua que j'allais régler cette affaire.


Je sortie de chez moi et commença par demander au passant s'ils savaient où étaient parties le groupe. Il s'avère qu'ils avaient aussi malmené plusieurs autres marchants, et qu'eux aussi voulaient en découdre. Nous nous retrouvâmes à cinq pour partir à la chasse aux brigands. Grâce à l'aide des villageois, nous arrivâmes à découvrir où ils se terraient.


Ils étaient dans un vieux moulin à eau, en amonts de la rivière qui traverse le village. Nous étions tous armé, Bernard (le boulanger) était équipé d'une batte de baseball (note : penser à la rendre à Nice qui l'a oublié dans sa boulangerie), Jean (le fermier) avait une fourche, Marc (le tavernier) avait un fusil, Asha (la poissonnière) avait une dague, et moi j'avais mes haches.


Nous nous approchâmes sans faire le moindre bruit, ils avaient des chiens qui montaient la garde, mais je réussis à les convaincre de ne pas appeler leurs maîtres contre leurs vies sauves. La porte du moulin était fermé, mais pas à clé. Jean (le fermier), qui était le plus musclé de nous tous l'ouvrit en donnant un gros coup de pied dedans, comme dans les films. Nous nous ruâmes tous à l'intérieur, ils ne s'attendaient surement pas à ce qu'on leurs tombes dessus, ils étaient assis en rond, mes morceaux de viande au centre, sur une table.


Je lançais la hache que je tenais à la main, elle alla se planter profondément dans une chaise, à quelques centimètres de l'entre-jambe de Sam, il pâlit et un petit cri aigu sortit de sa bouche. Je pris un couteau et lui lança dessus, il se planta dans son torse. Sam s'écroula, renversant la chaise avec lui, je m'approchais de lui en marchant à pas lent, histoire de lui laisser le temps de comprendre le merdier dans lequel il s'était fourré. Tout en marchant, je m'emparais de ma deuxième hache, je fis une grande entaille dans le dos de Birdo, simplifiant le travail à Jean (le fermier) qui lui enfonça sa fourche qui le traversa de part en part. Birdo baissa la tête et ne se débâta plus, il était sans doute mort.


Une fois près de Sam, je l'empoignais par le col et le releva d'une main, vu que l'autre tenait encore la hache dégoulinante de sang, c'est pratique d'être bien musclé des bras des fois. Une fois à ma hauteur, je le regardais dans les yeux (lui ne pouvait pas faire de même à cause de mon casque).


"Alors c'est de ta faute si Marie-Jeanne à passé une mauvaise journée ? Lui dis-je sur un ton froid.
- Tu ... Tu vas pas me faire de mal, en souvenir du bon vieux temps, dit-il tout en se tenant le torse.
- Ho mais si, tu m'as énervé, tu vas pas t'en tirer comme ça."


Je soulevai ma hache, près à l'abattre sur cette vieille connaissance, quand tout à coup j'entendis.


ARRETEZ


Je me retournai vers l'entrer et vu Marie-Jeanne, c'était elle qui venait de crier. Après son apparition, il y eu un grand silence. Elle s'approcha de moi et posa sa main sur mon bras levé.


"Tu n'es pas un meurtrier Timmy, ne fais pas ça.
- Mais il t'a fait du mal.
- Je vais bien, mais si tu lui fais du mal, je ne pourrais plus te regarder dans les yeux sans avoir peur de toi, ce serait la fin de notre relation, elle avait les larmes aux yeux en disant cela.
- Mais ...
- Il n'y a pas de "Mais", ne commet pas l'irréparable."


Je baissai lentement mon bras, et lâcha ma hache qui percuta le sol en faisant un petit bruit métallique. Je lâchai ensuite Sam qui s'écroula à terre. Je tournai le dos à Sam et serrai Marie-Jeanne dans mes bras, lui demandant pardon pour la peur que je lui avais faite.


J'entendis alors un cri de douleur, je me retournai et trouva Asha (la poissonnière) qui poignardait Sam qui s'était relevé, ma hache à la main. Il s'écroula pour la troisième fois de la journée, mais cette fois pour de bon, il était mort.


Les deux brigands qui restait jetèrent leurs armes, se rendant. Nous leurs firent promettre de quitter l'île dans la journée.


Puis nous prîmes le chemin du village. Une fois arrivé, nous retournâmes tous chez nous après cette journée épuisante. Le soir, pour me remercier de ne pas avoir tué, Marie-Jeanne décida de faire le repas pour moi. Ce n'était pas mauvais, meilleur qu'avant qu'on sorte ensemble, elle avait sans doute appris à cuisiner en me regardant faire.
 

 






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le gang des brigands [quête]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Evolved :: ~ East Blue ~ :: East Blue voie n°1 :: Dawn :: Village de Fuchsia-