Forum ouvert ! On vous attend.

Partagez | .
 

 Me faire tourner en bourrique, ça t'amuse? [Pas Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Carl Covernu
Marine | Rêveur
Marine | Rêveur
avatar


Masculin Messages : 63
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 19
Localisation : Goa

Feuille de personnage
Niveau:
9/50  (9/50)
Expérience :
62/100  (62/100)
Prime: -

MessageSujet: Me faire tourner en bourrique, ça t'amuse? [Pas Fini]   Mer 19 Nov - 17:36

Un vole de sac? La poursuite dans Goa


Carl Covernu - Soldat de la Marine


 

-----------------------------------------------


Le soleil vient de se lever, scintillant d'un jaune flashy ou plutôt une couleur orangé je ne sais plus trop, c'est déjà le matin et à peine réveillé, je sens sur mon bras un petit cafard, minuscule noir et surtout visqueux. Je sursaute et regarde autour de moi, un regard par ci, un autre par là. Bizarre, je me retrouve en train de sommeiller en pleine rue pour une raison quelconque. Des questions envahissent mon esprit. Cependant je rapproche mon nez de mon uniforme de Marine, le sent, une odeur plutôt étrange et inconnu avait une présence forte et mauvaise. Je repris le chemin en tournant d'abord à droite, je vois alors apparaître devant moi un auberge, plutôt propre. C'est alors que l'idée de me laver le corps me pris un instant. Je décide alors de rentrer dans cette auberge de couleur marron. Une musique de fond dans l'accueil résonne, c'est plaisant me suis-je dis. Je marche vers le compteur, une jeune dame m'accueille gentillement, je lui demande alors si je peux me laver dans leur douche. Elle hocha la tête, ce signe voulait dire oui. Je la remercie profondément et part en direction des douches. Je me déshabille et me lave avec de l'eau bien chaude, je dirais 36°C à peu près, elle était bonne. Je ressors de la douche. Pendant ce temps mes vêtements étaient à laver dans une machine fait exprès pour cette tâche. Ça m'était inconnu, puisque je vivais avant à l'état sauvage, c'était souvent dans les ruisseaux que je plongeais pour laver mon corps soigneusement. Je reprend mes vêtements devenu propre, je sors vers l'accueil pour remercier la dame de l'auberge. Sorti de l'auberge, je me dirige alors vers la haute ville pour voir si d'autre soldat de la Marine sont présents ici ou si je suis le seul.


En marchant à une allure plutôt lente je descend la rue pleine de gens en ce jour, c'est le marché de fruit et beaucoup de personnes y vient. C'est alors que je vois une jeune dame se faire aborder par un homme plutôt louche avec des lunettes noires. Au début il l'entraîne juste en parlant vers avant qu'ils ne disparaissent dans la ruelle perpendiculaire, je vois l'homme prend le bras de la jeune femme, la traînant de force dans la ruelle. Je me mis à courir aussi vite que possible pour voir ce qu'il se passe entre eux deux. Rendu à la ruelle où l'homme louche avait entraîner la jeune femme. Je la vois par terre, en train de verser beaucoup de larme, sur les genoux. Je ne pu m'empêcher de me rapproché pour la consoler.


Carl : Vous allez bien m'dame ? Qu'est-ce qui s'est passé ?


Jeune Femme : On m'as volé mon sac, et le cadeaux pour l'anniversaire de ma fille est dedans, il faut que je le récupère mais il est parti aussi vite. Vous êtes de la Marine, s'il vous plaît, aidez-moi ! J'ai besoin de ce sac.


Carl : Ne vous inquiété pas, je vais le récupérer. Resté ici pour que je vous retrouve après. Ou est- il parti ?


Jeune Femme : Par la !


Je me mis a courir dans la direction du voleur, ayant trois possibilité de direction, tous en courant je réfléchis à la direction que ce mécréant aurai pu prendre. Les trois possibilité sont à droite, en face ou à gauche. Au bout de la ruelle je prends une direction au hasard où mes jambes le désireront allé. Le soleil m'illumina dans ma course contre la montre, je me dois de réussir à le retrouver, pour un aider cette jeune femme puisque c'est mon devoir en tant que soldat de la Marine, et puis enfermer ce bandit au lunette noire, à la chemise noire et au pantalon de la même couleur. Je décide de prendre à droite, en tournant, je vois le bandit courir tous droit, dans une autre ruelle sombre, au dernier moment je ne peux m'arrêté, alors je continue à courir à travers la rue bondé de gens aussi. Comment rattrapé le voleur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Covernu
Marine | Rêveur
Marine | Rêveur
avatar


Masculin Messages : 63
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 19
Localisation : Goa

Feuille de personnage
Niveau:
9/50  (9/50)
Expérience :
62/100  (62/100)
Prime: -

MessageSujet: Re: Me faire tourner en bourrique, ça t'amuse? [Pas Fini]   Lun 24 Nov - 19:23

Une banane, non mais attends!


Carl Covernu - Soldat de la Marine




-----------------------------------------------


Le soleil se retrouvait dans mes yeux, m'éblouissant la vue alors que je court entre les personnes, zigzaguant à travers la foule pour retrouver un chemin qui pourrait rejoindre ce satané voleur. Une ruelle parallèle à celle d'avant apparaît, je décide donc de tourner à gauche, une ruelle bien sombre dans laquelle je me suis faufilé, mes jambes devenait lourdes, le voleur lui avait l'air léger dans l'air comme si il pouvait éviter la graviter, je sais qu'un homme comme ça ne pouvait exister. Je décide de m'arrêter alors pour reprendre le souffle. En tournant la tête vers un tonneau, je vois une banane posé, j'avais l'eau à la bouche, la faim, un ventre qui gargouillait depuis déjà une minute. Je m'approche doucement, ma garde affaiblit, tend ma main gauche. Tous près de mes doigts, je sentais le fruit sur le bout de ceux-ci, mais d'un coup il flotta dans l'air et se reposa sur un tonneau deux mètres plus loin. Je prend un air étonné, me questionnant sur ce phénomène plutôt inhabituel. Je fait deux ou trois pas vers le second tonneau …. qui est vert. Pourtant il me semblait qu'ils étaient marrons, mais toujours la garde affaiblit, je retendis ma main et le phénomène se reproduit alors, la banane se mis à se balader dans la rue en flottant dans les airs.

Je secoue un peu ma tête, c'est alors que j'entends un bruit de pas. Je vois derrière le mur de la maison qui fait le coin de la rue, un homme au lunette noir, et aux habits noirs, le fameux voleur qui est revenu me tourmenter je pense. Je court alors en sa direction, colérique, énervé qu'il se moquait de moi. J'avais toujours la faim au ventre. Alors que j'atteins la fin de la ruelle sombre, en une fraction de seconde, je me retrouve à embrasser le sol, le nez écrasé par terre, où encore la face contre terre. Je me relève et vois le bandit courir dans le sens de la ruelle. Il se retourne et me fais une grimace moqueuse. Je pris un air tellement énervé que je sers mon poing et que je commence à le poursuivre.

Une autre course poursuite était entamé, le voleur était à cinq mètres devant moi, énervé je me met à sprinté, l'écart se réduit d'environ deux mètres. C'est alors que le bandit se retourne et se met à accéléré. Un mouvement de bras en arrière, c'est ce qu'il a fait après son accélération, je sens une petite douleur dans l'épaule, je vois une flèche à cette hauteur, je prend un air sérieux.

Carl : Quoi ? Comment il m'a touché ? Attends, je saigne.

J'enlève alors la flèche et je trouve le sang bizarre, je met alors mon doigt, goûte cette substance rouge et m'aperçois que c'est du ketchup et la flèche est en plastique. Ma colère s’amplifia de plus en plus et je me mis à crier.

Carl : Je vais te rattraper et te détruire mon pote. J'aime pas qu'on se foute de moi.

La fatigue se fait ressentir et mes jambes deviennent vraiment lourde, j'ai l'impression de ralentir et ce n'est pas qu'une impression, le voleur gagne un, puis deux, puis trois mètres d'avance. J'ai faim, je m'arrête alors pour prendre un casse-croûte pour manger, je n'ai plus de force. Dix minutes après je me remet en chemin, bien sûr le voleur s'était volatilisé. Je me met alors à trottiner, doucement en scrutant, cherchant dans les rues, l'éventuelle présence de ce mécréant qui se moque de moi depuis le début. Je sais pas si c'est une passion mais je ferai en sorte de le mettre en prison ce mec. Et je retrouverai le sac de cette citoyenne qui a besoin de mon aide, ceci est mon travail, c'est pour ça que je suis rentré dans la Marine, pour mes convictions. Plus qu'à retrouver ce bandit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Covernu
Marine | Rêveur
Marine | Rêveur
avatar


Masculin Messages : 63
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 19
Localisation : Goa

Feuille de personnage
Niveau:
9/50  (9/50)
Expérience :
62/100  (62/100)
Prime: -

MessageSujet: Re: Me faire tourner en bourrique, ça t'amuse? [Pas Fini]   Ven 28 Nov - 21:38

Une arrestation précipitée


Carl Covernu - Soldat de la Marine




-----------------------------------------------


Le bandit continue de courir dans la même direction, bien évidemment je le suis à environ cinq mètres derrière lui. Des gouttes de sueurs apparaissait sur mon front, mes bras et enfin mes joues. J'ai certes été entraîner pour mais mon endurance n'est pas encore exceptionnelle, comme ma course d'ailleurs. D'un coup, précipitamment, il tourne dans une ruelle, c'est alors que deux solutions s'offrent à moi. Tourner à droite et le rattraper pas vitesse ou continuer tout droit et l'avoir par surprise. Je décide d'aller tous droit, le voleur, lui tourne à droite. Je continue de courir à travers la rue bondé de gens mais personne au milieu de cette même rue. C'est alors que par mégarde et j'en suis étonné, le voleur avait repris un ruelle à gauche pensant que je l'avais suivi, il me bouscule et tombe par terre, j'arrive à garder l'équilibre. Il me regarde et par réflexe je lui envoie mon poing dans la figure. Il est sonné par terre. Je récupère le sac de la jeune femme et passe les menottes à ce truand. J'aurai pû le défigurer, cependant je garde mon sang froid.
Je repris le chemin pour retrouver la jeune femme, afin de lui rendre son sac qui avait été volé de cela maintenant trois heures, que j'ai passé à poursuivre ce voleur. On arrive devant la jeune femme me met à parler :

Carl : Voila votre sac madame, j'ai eu du mal à retrouver ce bandit.

Jeune Femme : Oh merci beaucoup de votre aide, je suis si heureuse.

J'avance le forçat devant la jeune femme, le met à genou devant elle.

Carl : Allez excuse-toi maintenant.

Truand : Et puis quoi encore !

Carl : Fais-le où tu passera ta vie entière à mâcher des cailloux dans une cellule isolé.

Truand : Je m'ex....

Carl : Quoi ? J'ai pas entendu, plus fort.

Truand : Je m'excuse madame.

La jeune femme sourit et pars retrouver sa fille tendis que moi, j'emmène ce voleur à la Base de la Marine du Royaume de Goa, où je pense rester un bon moment. Après tous, je commence à aimer cette ville, et ce pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Me faire tourner en bourrique, ça t'amuse? [Pas Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Me faire tourner en bourrique, ça t'amuse? [Pas Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Evolved :: ~ East Blue ~ :: East Blue voie n°1 :: Dawn :: Royaume de Goa-